Vous avez dit "gestion de l'offre"?

Dans les dernières semaines, les médias ont rapporté plusieurs acteurs politiques qui se mobilisent pour sauver la gestion de l'offre dans le domaine agroalimentaire. Étant curieux de nature, et ne connaissant rien à la gestion de l'offre, j'ai fait des recherches sur le sujet afin de mieux comprendre de quoi il en retourne. Je vous partage donc mes trouvailles. Dans ce billet, je vous expliquerai ce qu'est la gestion de l'offre, et dans le prochain, je vous parlerai de ses bons côtés et de ceux moins reluisants. Résumé à l'essentiel, la gestion de l'offre consiste à arranger la production d'un produit particulier pour répondre le plus précisément possible à la demande du marché. Le but derrière cette action est d'empêcher les surplus ou les pénuries du produit, et donc de stabiliser les prix sur le marché. La gestion de l'offre est un système pratiquement unique au Canada. En effet, les gouvernements vont normalement supporter leurs agriculteurs par le biais de subventions. Ce ne sont cependant pas toutes les productions qui sont sujettes à la gestion de l'offre; seulement le lait, les œufs et la volaille sont contrôlés. La gestion de l'offre repose sur trois principes fondamentaux. Le premier est, évidemment, la gestion de la production. Grossièrement, les différents acteurs du domaine estiment quelle sera la demande pour le produit, ce qui donne un nombre maximal d'unité à produire. Ce nombre est divisé entre les producteurs sous forme de quotas qu'ils doivent acheter. Le second pilier est la gestion de l'importation. La gestion de l'offre servant à protéger le marché canadien, le gouvernement doit limiter l'importation des produits contrôlés. En imposant des barrières douanières, le gouvernement canadien s'assure que la plus grande partie du marché est comblée par les entreprises locales. Le dernier pilier est la gestion des revenus des producteurs. Différentes mesures ont été mises en place pour s'assurer que les producteurs arrivent à couvrir leurs frais et recevoir un revenu décent, cela sans avoir recours à des subventions. Dans mon prochain billet, je vous partagerai les pour et les contres de ce système, histoire de vous aider à vous faire votre propre opinion sur le sujet.

Older Post Newer Post