Utiliser les réseaux sociaux, est ce pour vous ?

Les grands gourous du marketing ne jurent plus que par les réseaux sociaux et le Web 2.0. C'est, parait-il, un passage obligé pour exister, surtout pour une boutique en ligne.
Je m'y suis donc mis : contenu vidéo sur Dailymotion, sur Youtube, pour n'en citer que deux ; profil Facebook et page Facebook ; compte Twitter.

Je pense utiliser ces outils correctement et j'y publie du contenu régulier. Je suis les principes d'échanges et donc je commente sur des blogues et je réponds poliment (enfin je crois) lorsqu'on me parle. J'ai même testé des offres spéciales uniquement sur Twitter ou Facebook.
Ne vous méprenez pas, ce n'est pas une corvée pour moi. J'y rencontre des personnes très intéressantes et j'y apprends beaucoup de choses. Mais cela s'arrête là... Terroirs Québec est dans une niche, un marché extrêmement petit : l'alimentaire ou la gastronomie fine vendue sur le web, au Québec. Les réseaux sociaux ont très certainement permis de faire la promotion de mon activité mais ne m'ont pas permis de transformer la moindre visite en vente.

Il est probable que les utilisateurs de twitter ou de facebook que je suis soient essentiellement de Montréal et de Québec et qu'ils n'ont finalement pas besoin de Terroirs Québec pour trouver des produits gastronomiques.

En fait, au final, je voulais essentiellement préciser que les réseaux sociaux ne sont pas adaptés à tous les secteurs. Je ne remets pas en cause ma présence et je sais qu'il y a aussi une question de volume. Peut être qu'avec plus d'amis sur Facebook ou plus de connaissances dans Twitter, les résultats seraient plus probants. Mais je n'en suis même pas sûr. Mes meilleurs prescripteurs restent encore un article dans un magazine comme Tout simplement Clodine ou une publicité papier d'un producteur que je vends.

MAJ : Après une intense discussion avec Michelle Blanc lors du dernier Yulbiz, je suis en fait à côté du sujet. Mes connaissances Twitter et Facebook sont des prescripteurs, des "influenceurs". Michelle, comme toujours, a raison. Twitter m'a permis de me faire connaître et d'échanger des idées ou de faire avancer certains projets plus vite.


Older Post Newer Post