Sirops d'érable catégorie C et D

La Vie Rurale nous apprend que des chercheurs de l’Université Laval viennent de mettre au point un tout nouveau procédé de transformation des sirops d’érable de catégorie C et D. Ces catégories représentent la plupart des 18 millions de tonnes métriques de sirop en surplus, des sirops foncés, moins prisés par les consommateurs. Ils sont aussi plus riches en fructose et glucose, ce qui fait qu’il est presque impossible de les transformer en sucre granulé à l’aide de la méthode traditionnelle. Nous effectuons le chauffage du sirop sous vide, ce qui permet d’évaporer l’eau à des températures plus basses – on parle de 800C plutôt que 1200C. En plus de réduire le coût énergétique de la transformation, cette méthode évite de donner un goût caramélisé au sucre, précise le chercheur. Ce procédé sera accessible aux acériculteurs car l’équipement sera adapté aux cabanes à sucre de nos érablières et permettra de trouver une niche parmi les sucres haut de gamme pour ce nouveau produit, et ainsi d’écouler les surplus.


Older Post Newer Post