Quand l'algue bleue fait vendre

En lisant un édito, toujours savoureux, de Ricardo Codina qui se demandait si l'UPA serait en train de devenir l’Union des pollueurs agricoles, les publicités Google liés m'ont intrigué... Tout d'abord, peut être pour suivre les recommandations de Greenpeace, une annonce nous invite à acheter des produits écologiques, sans phosphate non toxiques de sources naturelles durables... Mais l'annonce la mieux ciblée reste tout de même celle-ci : Terrain à 1h de Montréal. Terrain sur lac sans algues bleues, avec charte de protection du lac. Le site en question surfe allègrement sur la vague bleue et nous annonce d'ailleurs : "Ne dit-on pas lorsqu’il s’agit d’immobilier, qu’un bord de l’eau est inestimable? Et davantage encore si tout est fait pour éviter les problèmes de pollution et d’algues bleues."
Soit j'ai pas tout compris, mais il me semble que même avec une charte de protection du lac, on ne peut pas être à l'abri des algues bleues. Si la solution miracle existait, le gouvernement immobiliste que nous avons la suivrait cette solution, non ?


Older Post Newer Post