La chute des géants

Les fermetures récentes de géants du commerce de détail m'amènent à me questionner sur l'avenir du commerce traditionnel. Surtout, qu'est-ce qui fait que des géants établis depuis des années s'effondrent? Il faut comprendre que la popularité montante du commerce électronique vient brouiller les cartes du commerce de détail traditionnel depuis quelques années déjà. Il est maintenant possible de magasiner avant même de se rendre dans un magasin; il est effectivement très simple de comparer les produits de différentes marques et de différents magasins à son rythme, sans subir la pression d'un vendeur. Les entreprises essayent de s'adapter à cette nouvelle réalité du marché en développant le commerce électronique. Mais le commerce de détail, qu'il soit en ligne ou traditionnel, va devoir s'adapter à une nouvelle réalité dans les prochaines années. C'est que les consommateurs québécois sont de plus en plus à la recherche de produits artisanaux et locaux. Par exemple, il y a près de chez moi une petite boucherie artisanale. Les propriétaires ont leur propre terre, sur laquelle ils élèvent leur bétail en fonction de leurs valeurs (animaux en liberté, réduction des antibiotiques, alimentation naturelle, etc.). Oui, la viande coûte plus cher qu'à l'épicerie, mais le goût est unique (et imbattable!), et la qualité de leurs produits vaut chaque sous dépensé! Il y a aussi le service qui est particulier; les personnes qui y travaillent le font parce qu'elles sont passionnées par la boucherie. Elles aiment leur travail, et ça transparaît dans un service personnalisé et impeccable à chaque fois. Les consommateurs québécois ont un attrait de plus en plus marqué pour tout ce qui est petit et artisanal. Les microbrasseries abondent, les brûleries de café de quartier sont toujours bondées, les boulangeries et pâtisseries artisanales se multiplient. Les grosses entreprises peuvent faire compétition à ces artisans par les prix, mais elles ne peuvent pas reproduire la qualité des produits, la qualité du service reçu, et la passion des employés pour leur travail. Voilà pourquoi les québécois continueront, j'en suis persuadé, à se tourner vers les petites entreprises locales, au détriment des magasins de masse. Et vous? Qu'est-ce qui vous motive à acheter auprès de petites boutiques locales?

Older Post Newer Post