Manger biologique ou local ?

''C'est la question qui est posée par une journaliste dans La Presse. John Cloud l'évoque dans Time édition canadienne du 12 mars. Voici donc un résumé fait par Jacinthe Côté :

Les aliments biologiques sont produits sans aucun pesticide, insecticide, herbicide ou médicament d'élevage synthétique (antibiotique, hormone de croissance). Aucun fertilisant chimique ou à base de boues d'usines d'épuration des eaux usées ni semence provenant du génie génétique ne sont utilisés. Les produits transformés certifiés biologiques sont préparés avec des ingrédients biologiques et sont exempts de colorants, préservatifs et de tous autres additifs synthétiques.

Pour le moment, on ne peut pas affirmer que vous consommerez plus de nutriments en choisissant des produits biologiques. Certaines études américaines ont démontré que les légumes et les fruits biologiques avaient une plus grande teneur en vitamine C, en fer, en magnésium et en phosphore. Mais le sujet demeure controversé, puisque d'autres études n'ont rapporté aucune différence.

Cette semaine, une étude publiée dans le Journal of the Science of Food and Agriculture rapportait qu'un kiwi biologique renfermait plus de minéraux, de vitamine C et de composés phénoliques, bien qu'il ait été cultivé sur le même sol et dans des conditions environnementales semblables au kiwi conventionnel.

Les aliments dits «locaux» sont, pour leur part, cultivés par les agriculteurs établis proche de votre communauté. Ce qui définit le sens du mot «proche» dépend de vous, mais surtout de la variété des activités agricoles qui ont lieu dans votre région. Certains groupes ont établi une norme : les points d'approvisionnement devaient être à l'intérieur d'un rayon de 300 à 400 km de la maison.

En plus de limiter la dépense d'énergie et la pollution liées au transport, l'approvisionnement local donne accès à des aliments cueillis à maturité et qui ont atteint leur plein potentiel nutritionnel. Cela évite aussi que les produits ne perdent de leur fraîcheur et de leurs nutriments durant le transport. Il faut savoir qu'à partir du moment où ils sont cueillis, les végétaux commencent une lente auto-biodégradation sous l'action d'enzymes. Cela affecte leur apparence, leur saveur, mais aussi leur teneur en nutriments (vitamine C, acide folique, bêtacarotène).

Au final, il est peut être plus intéressant d'acheter local pour éviter la pollution et tout ce qu'entraîne la livraison, transport de produits agricoles venant de l'autre bout de la planète.


Article précédent Article suivant