Le bio n'atteint pas les objectifs !

La Table filière biologique du Québec a élaboré un plan stratégique 2004-2009. Trois ans plus tard, il apparaît que la croissance prévue est au rendez-vous, mais elle se situe sous la barre des résultats escomptés. Le secteur de l'agriculture biologique s'était fixé cinq grands objectifs de croissance en ce qui a trait au degré de confiance des consommateurs (80% prévu, 60% actuellement), à l'augmentation du nombre de fermes certifiées biologiques (1091 entreprises en 2004 et seulement 1326 fin 2006), à la valeur des produits transformés au Québec, à celle des aliments vendus sur les marchés intérieurs et à celle des exportations de produits. Les grands distributeurs (Provigo, Métro et Sobeys), à cause de leurs conditions d'approvisionnement qui sont assez strictes, se sont adressés aux marchés extérieurs pour répondre à la demande de leur clientèle. L'exportation se porte plutôt bien quant à elle. Il y a encore du travail à faire, c'est certain mais certaines industries ont encore du mal à faire la transition (l'industrie acéricole et l'élevage du boeuf).


Article précédent Article suivant